Aucun article dans le panier
Accéder à mon compte
Qui sommes-nous ?

Une entreprise familiale

Située sur la côte normande près de Deauville, la société familiale PATRELLE existe maintenant depuis plus d'un siècle et demi.

En effet, c'est en 1852 que Salve Marie Patrelle créé sa petite entreprise qui ne débutera qu'avec un seul et unique produit l'Arôme Patrelle®.

Près d'un siècle plus tard, Patrelle diversifia son activité en créant une partie confiserie avec notamment la Boule Coco et le Roudoudou (www.patrelle.com)

Au fil des années, une nouvelle activité émergea: les aides à la pâtisserie (caramel, coulis...) ayant pour spécialité la production de caramels liquides cuits à l'ancienne, dans des chaudrons de cuivre, à feu nu.

 

Journal Paris-Normandie, le 10 Mars 1966. Extrait...

Patrelle... à travers l'histoire

S'adapter ou disparaître... Une formule ? Non. Un impératif des temps modernes. Pour l'avoir ignoré, depuis quelques années, de nombreuses entreprises ont dû cesser leurs activités. Leurs moyens de production périmés ne leur permettant plus de faire face à la concurrence des industries modernes françaises et étrangères.

Il n'est pas de notre propos, bien sûr, de donner ici un cours d'économie politique. Pourtant, combien de directions, pourtant menacées, persistent à croire en la vertu du fameux label "Maison fondée en..." Il est trop tard quand elles s'aperçoivent de leur erreur. Tel n'est pas le cas, fort heureusement, d'une des plus vieilles marques françaises : l'Arôme Patrelle. En 1850, il prenait son essor. Pendant cent quinze ans, le bouillon de pot-au-feu n'a pu se concevoir sans ces quelques gouttes d'arôme. Mais aujourd'hui, penserez-vous ?

Le bouillon du pot-au-feu est devenu anachronique.
Qui veut encore en consommer ? C'est une grave erreur affirme M. Patrelle. D'abord, dit-il, précisons que l'arôme sert à de multiples usages. Ragoût, roux, gelée, steacks au poivre, et... beurre ; voire cidre (pour leur coloration) Et les gens qui consomment des viandes à braiser ou à bouillir sont plus nombreux qu'on ne le pense.

On s'est souvent étonné du prix de vente minime de notre produit, poursuit notre interlocuteur. C'est pourtant simple à comprendre. Nous n'avons aucun représentant. Aucun intermédiaire. 100 000 flacons sont cependant vendus tous les mois. Le détaillant s'adresse à son fournisseur habituel et depuis des années le rythme est constant, immuable. Les indices ne varient pas. Donc, aucune perte, un roulement sans heurt, qui prouve, si besoin en était, que la consommation des viandes dont nous venons de parler reste, à peu de choses près, la même.

 
Réalisé et hébergé par Web et Solutions
avec Zizaoo